Comment une ville du Missouri a été déchirée par des décennies de violence et de meurtre

Divertissement

Par Eric Hegedus et Robert Rorke

26 juillet 2019 | 19h55

Une reconstitution de la scène de meurtre de 1981 de Ken Rex McElroy (en médaillon), qui a été abattu dans son pick-up.SundanceTV ; AP

No One Saw a Thing | Jeudi, 23 heures, Sundance

Dans la docusérie en six parties « No One Saw a Thing », le cinéaste d’origine israélienne Avi Belkin coud un fil psychologique à travers près de 40 ans d’événements violents apparemment sans lien entre eux dans la ville poussiéreuse de Skidmore, Mo, population actuelle de 263 habitants. Ils comprennent le meurtre par un justicier, en 1981, de la brute de la ville, Ken Rex McElroy, dont le meurtre par plusieurs hommes armés a été vu par des dizaines de résidents, mais dont personne n’a été arrêté ; la disparition non résolue, en avril 2001, (et le meurtre présumé) de Branson Kayne Perry, 20 ans ; et la mort par strangulation, en décembre 2004, de Bobbie Jo Stinnett, 23 ans, enceinte de 8 mois, dont le bébé à naître a été découpé dans son utérus.

Belkin, 41 ans, basé à Los Angeles, a également produit « Mike Wallace Is Here », un documentaire sur le légendaire journaliste de « 60 Minutes », en salles actuellement. Belkin a parlé avec le Post de l’histoire de la violence à Skidmore.

Qu’est-ce qui vous a attiré dans les événements de Skidmore ?
Je suis plus attiré par la vapeur de l’histoire que par le sujet. Pourquoi cette violence ? Je ne cherche pas une histoire de vrai crime, mais je cherche une réponse à cela.

Vous en avez trouvé une ?
Eh bien, il y a beaucoup de couches différentes, notamment sur l’origine de la violence. Un élément qui passe inaperçu dans la société d’aujourd’hui est l’héritage, l’influence, que les phénomènes de justiciers ont dans la culture et la société. En particulier, les habitants de cette région rurale du Missouri, qui ont grandi avec Jesse James et les Bald Knobbers – l’un des premiers groupes d’autodéfense d’Amérique – ont grandi avec les histoires de hors-la-loi du Far West, qui se faisaient justice eux-mêmes. Il donne la priorité à la résolution des problèmes par la violence.

Avi BelkinGetty Images

Quelles sont les questions que vous vous posiez sur McElroy ?
Une question que nous soulevons est : « Comment devient-on une brute ? ». Il était le n°13 sur 14 enfants. Son père était très dur et le battait. J’imagine que ça se répercute sur Ken. Une des questions les plus intéressantes soulevées est que s’il était la pomme pourrie, la seule cause des problèmes, pourquoi la violence n’a-t-elle pas cessé lorsqu’il a été tué ?

Quel effet le meurtre de Ken Rex McElroy a-t-il sur la ville ?
Le message pour eux est le même et perpétue un cycle de violence. C’était un acte communautaire. Les chiffres varient entre un et quatre tireurs, mais au moins 60 personnes – en gros toute la ville – savaient qui l’avait fait. Ils se couvrent tous ; ils ont tous approuvé ce meurtre et ont menti à ce sujet pendant des décennies. Mais tous ces gens ont des enfants et des membres de leur famille qui sont assis dans ce lien de silence, cette conspiration.

Plusieurs des enfants de McElroy ont parlé pour la première fois sur le dossier avec vous. Avez-vous été surpris ?
Je n’ai pas été surpris parce que nous nous y sommes pris de la bonne façon. Jusqu’à présent, la plupart des histoires étaient racontées du point de vue de la ville : qu’il était un monstre, que nous devions nous en débarrasser parce que les forces de l’ordre ne faisaient pas leur travail, et nous l’avons tué. Nous étions très intéressés à obtenir les deux côtés de l’histoire.

Certains résidents semblent-ils fiers de la soi-disant « justice vigilante » qui a été menée ?
Oui, bien sûr. Le vigilantisme aujourd’hui dans la culture américaine est célébré. La plupart des héros glorifiés à l’écran et à la télévision sont des justiciers parce qu’ils ont pris la loi en main et se sont débarrassés du problème. Beaucoup de gens pensent que justice a été rendue ce jour-là – mais d’autres estiment que quoi qu’il ait fait, cela reste un meurtre, et que le prix que la ville a payé et continue de payer était trop élevé.

– Eric Hegedüs

Et voici ce qu’il faut encore regarder cette semaine:

L’été sous les étoiles : Marlon Brando | Samedi, à partir de 6 heures, TCM

Le plus grand acteur américain possède deux rôles : Stanley Kowalski dans « Un Tramway nommé Désir », à l’affiche à 17h45, et Terry Malloy dans « On the Waterfront » à 20h.Regroupés autour de ces classiques, un assortiment de films, de « Mutiny on the Bounty » à 14h30 à « The Freshman » à 4h15.

Semaine du requin | dimanche-samedi, Discovery Channel

Le festival annuel d’une semaine sur la vie et les temps de la population mondiale de requins. Parmi les points forts : « La légende de Deep Blue » (lundi, 21 heures). Des experts en requins se rendent sur l’île de Guadalupe pour rechercher Deep Blue, qui serait le plus grand requin blanc, mesurant près de 22 pieds et pesant plus de 2 tonnes. Et puis il y a « I Was Prey » (vendredi, 22 heures). Leeanne Ericson est sortie nager l’après-midi sous le soleil de Californie quand soudain elle est attaquée par un grand requin blanc et entraînée sous l’eau.

Million Dollar Listing | Jeudi, 21 h, Bravo

Fredrik Eklund risque de faire un gros coup avec une propriété près de Billionaire’s Row, mais il pourrait avoir besoin d’une DeLorean pour retourner dans les années 80 afin de trouver un acheteur pour son look totalement daté. Ryan Serhant prend le temps de la naissance de son premier enfant pour trouver une idée astucieuse pour vendre un manoir de Brooklyn Heights perché au-dessus de la BQE.

Quatre mariages et un enterrement | Mercredi, Hulu

Première série. Maya (Nathalie Emmanuel) se rend à Londres pour assister au mariage d’une camarade de collège (Rebecca Rittenhouse). La présence de Maya produit une réaction en chaîne parmi son ensemble d’amis.

Chute de neige | Mercredi, 22 heures, FX

La bataille du sergent André Wright (Marcus Henderson) avec la famille Saint devient personnelle. Teddy (Carter Hudson) est contraint de nettoyer le désordre laissé par Gustavo (Sergio Peris-Mencheta).

Un Black Lady Sketch Show | Vendredi, 23 heures, HBO

Première série. Issa Rae coproduit cette émission dans laquelle elle et ses amies, dont l’effervescente Yvonne Orji de « Insecure », font des sketchs qui vont du suggestif au grossier et prouvent que les femmes sont mieux sans les hommes – et peut-être vice versa.

City on a Hill | Dimanche, 21 h, Showtime

Jackie (Kevin Bacon) se déchaîne après que sa fille ait frôlé la mort. Pendant ce temps, Frankie (Jonathan Tucker) et Jimmy (Mark O’Brien) tentent d’acheter des armes pour le prochain coup.

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.