Soins de fin de vie pour les patients âgés atteints de leucémie myéloïde aiguë

Par Matthew Stenger
Posé : 8/17/2017 11:57:45 AM
Dernière mise à jour : 8/17/2017 11:57:45 AM

Advertisement

  • Dans l’ensemble, 44,4 % des patients âgés atteints de leucémie myéloïde aiguë ont été inscrits dans un hospice.
  • D’entre eux, 47,4 % et 28,8 % ont commencé leur première inscription dans un hospice au cours des 7 derniers et des 3 derniers jours de vie, respectivement.

Comme le rapportent Wang et al dans le Journal of Clinical Oncology, de nombreux patients âgés atteints de leucémie myéloïde aiguë (LMA) ne reçoivent pas de soins palliatifs en fin de vie, ceux qui en reçoivent ayant tendance à s’inscrire dans un hospice dans les jours qui suivent le décès.

Détails de l’étude

L’étude de cohorte rétrospective basée sur la population a impliqué une analyse de la base de données liée Surveillance, Epidemiology, and End Results (SEER)-Medicare pour identifier les patients atteints de LAM qui étaient âgés ≥ 66 ans au moment du diagnostic, diagnostiqués entre 1999 et 2011, et décédés avant la fin de décembre 2012.

Patterns de soins

Parmi les 13 156 patients de la cohorte, la survie médiane était de 2,4 mois. La proportion de patients recevant des soins palliatifs après le diagnostic est passée de 31,3% en 1999 à 56,4% en 2012. Cette augmentation reflétait en grande partie une augmentation de la proportion de patients inscrits en hospice dans les 7 derniers jours de vie.

Sur l’ensemble de la cohorte, 5 847 patients (44,4 %) étaient inscrits en hospice ; parmi eux, 47,4 % et 28,8 % ont commencé leur première inscription en hospice dans les 7 derniers et les 3 derniers jours de vie, respectivement. Au total, 5 662 (43,0 %) sont décédés à l’hôpital et 5 322 (40,5 %) dans un hospice. Par rapport aux patients décédés dans les 30 jours suivant le diagnostic, ceux dont la survie était plus longue étaient plus susceptibles de s’inscrire dans un hospice (48,1% contre 30,7%, P < .01). La première inscription en hospice dans les 3 derniers jours de vie a eu lieu pour 51,2 % des patients décédés dans les 30 jours suivant le diagnostic et pour 24,9 % de ceux ayant une survie plus longue.

Parmi les 89 patients qui ont été transférés dans et hors des soins en hospice, 62 % ont reçu des transfusions en dehors de l’hospice. Le recours à la chimiothérapie dans les 14 derniers jours de vie est passé de 7,7% en 1999 à 18,8% en 2012. Les hommes et les patients non blancs étaient moins susceptibles de s’inscrire dans un centre de soins palliatifs et plus susceptibles de recevoir une chimiothérapie et d’être admis en soins intensifs à la fin de leur vie. Les patients plus âgés étaient moins susceptibles de recevoir une chimiothérapie et d’être admis en soins intensifs à la fin de leur vie et plus susceptibles de s’inscrire dans un hospice.

Les enquêteurs ont conclu :  » Les soins de fin de vie des patients âgés atteints de LAM sont sous-optimaux. Des recherches supplémentaires sont justifiées pour identifier les raisons de leur faible utilisation des services d’hospice et des stratégies pour améliorer les soins de fin de vie de ces patients. »

L’étude a été financée par l’Institut national du cancer.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.